AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur Aparecium, les crumpets !
Venez jouer qui vous voulez. Sorciers, moldus, loup-garous... Venez comme vous êtes !
Les personnages de la saga sont jouables, rendez-vous ici
Seuls les sang-purs européens sont acceptés et seulement dans la limite des stocks disponibles (par ici)

Partagez | 
 

 (Newton) london calling

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

posts : 164 in town since : 25/03/2018

plume à papotte :
you're just a small bump unknown, you'll grow into your skin with a smile like hers and a dimple beneath your chin. Finger nails the size of a half grain of rice and eyelids closed to be soon opened wide. A small bump, in four months you'll open your eyes and I'll hold you tightly, I'll tell you nothing but truth. And I'll hold you tightly, I'll give you nothing but truth. If you're not inside me, I'll put my future in you. You are my one and only, you can wrap your fingers round my thumb and hold me tight. You are my one and only, you can wrap your fingers round my thumb and hold me tight and you'll be alright. And you can lie with me, with your tiny feet when you're half asleep, I'll leave you be right in front of me for a couple weeks so I can keep you safe
ginny ▽ free ▽ free


living in : hertford (eng)
occupation : chef at the Nonna Gia
blood : muggle


Newton Hargreaves
Fidelis ☞ In Potter we trust
 Lun 26 Mar - 1:02

HARGREAVES Newton Andrea
date et lieu de naissance, âge ☞ vingt-et-un mai mille neuf cent soixante dix-sept, Londres (25 ans) nationalité ☞ britannique état civil ☞ séparé profession, études ☞ écrire ici pureté du sang ☞ moldu baguette ☞ aucune épouvantard ☞ écrire ici  groupe ☞ ginger ale résidence ☞ hertford (angleterre) crédits ☞ écrire ici
Caractère

traits de caractère ☞ Si on devait te résumer en un mot ? Passionné. Tu ne fais rien sans passion. Tu aimes avec passion, tu détestes avec passion, tu vis avec passion et tu trouveras sans doute le moyen de crever avec passion. T’es un accro des sensations fortes et de l’adrénaline mais tu essaies d’être un peu plus responsable depuis qu'Aoife est entrée dans ta vie. C’est pas que tu réfléchissait pas avant, c’est que t’en avais rien à faire. On devrait qualifier ton cynisme d’arme létale parce que c’est comme ça que tu t’en sers en général. T’es souriant, en général, mais c’est souvent pas cacher beaucoup derrière. T’as un sacré stock de sourire différent, un pour chaque occasion. Mais c’est quand ce sourire disparaît qu’il faut se méfier. T’aimes pas qu’on te prenne pour un con et t’as tendance à régler tes problèmes à coup de poing. T’es un mec social, t’aimes bien trainer avec des gens mais un nombre infime ont déjà vu l’envers du décor, le Dre sans sa carapace, et t’as pas nécessairement envie de changer ça. Tu accordes très peu ta confiance mais tu n’hésites pas à dépanner les gens quand ils ont besoin. T’es un créatif et tu t’exprimes à travers la cuisine ou la photo mais t’aimes bien te dépenser en faisant du sport. T’es un peu arrogant et narcissique, faut le dire. T’es salement sûr de toi en plus de ça, sauf quand ça touche à Aoife, on en revient là. T’es protecteur, limite à l’excès, t’as besoin de toujours tout contrôlé et t’as une certaine tendance à l’autoflagellation quand les choses ne tournent pas comme tu l’avais prévu. Tu ferais n’importe quoi pour les gens que tu aimes, même enfreindre la loi. Surtout enfreindre la loi. Tu as un immense respect pour les femmes, d’ailleurs tu les aimes toutes un peu trop et tu te retrouves souvent dans la merde parce que tu ne veux pas leur faire de mal. Ouais, le séducteur italien dans toute sa splendeur.

Histoire

un. Tout a commencé quand Rob Hargreaves est tombée amoureux d’une douce jeune fille du nom de Chiara Fellini. Car c’est bien d’amour qu’ils s’agissaient entre eux. Elle n’était qu’une fille d’expatriés italiens et qui faisait ses études à Londres. Lui était déjà l’héritier d’un empire financier, comme son père avant lui. S’ils ont dû se battre pour cette amour, les parents de Rob ont cessé de s’opposer à leur fils lorsque Chiara est tombée enceinte pour la première fois. Ce bébé, c’était Newton deux. Vous vous en doutez, la vie a difficilement été dure avec Newton pendant son enfance. Ses parents l’aimaient et ils avaient les moyens de lui offrir tout ce qu’il désirait. Ils voulaient toujours ce qu’il y avait de mieux pour leur fils. Ce dernier a très vite été suivi par une petite sœur, Sienna. C’était elle le vrai trésor de cette famille, le trésor de Newton. trois. Petit, Newton avait déjà le goût du risque. Il ne comptait même plus le nombre de fois où il s’était mis en danger, s’était cassé quelque chose ou avait désobéi alors que Sienna le suppliait de ne pas le faire. Mais il était fait pour l’aventure et les sensations fortes, il le savait. Tout le monde avait fini par le comprendre mais ça ne les empêchait pas d’essayer de les dissuader quatre. Les vacances, ça rimait toujours avec l’Italie et honnêtement, Newt adorait aller là-bas. Il aimait sa famille maternelle bien plus qu’il n’aimait sa famille paternelle et il ne se cachait jamais pour le dire. Sa sœur et lui, inséparables comme toujours, avaient tellement de bons souvenirs dans cette ville. Newton avait toujours dit que ses amis les plus précieux vivaient en Italie, un petit groupe de gamins du même quartier qui avait fait d’innombrables chats percés, batailles d’eaux et soirée camping ensemble. Si sa tête était toujours à Londres, son cœur restait là-bas cinq. Si ce n’était pas en Italie, c’était au nord de Londres que vous retrouviez les Fellini. C’est là qu’ils s’étaient établis à leur arrivée en Angleterre. Ils y avaient ouvert un restaurant très réputé, « Nonna Gia ». C’est avec sa Nonna Gia que Newton avait découvert son goût pour la cuisine et les bonnes choses. Tout ce qu’il savait, il l’avait appris avec elle durant les nombreuses heures qu’il avait passé en cuisine avec elle alors même qu’il n’était pas haut comme trois pommes à genoux six. D’aussi loin qu’il se souvienne, il a toujours essayé de ressembler à ton père. Il l’imitait dans son attitude, dans sa façon de parler, dans sa façon de s’habiller. Bien sûr, il pouvait se montrer très exigent et avait une idée toute faite de l’avenir de ses parents mais tout ce qu’il voulait c’était le rendre fier de lui, coûte que coûte sept. En digne descendant d’italien, il voue un culte à sa mère. Il n’y a rien de plus important à ses yeux que le jugement de sa mère. Elle ne le juge d’ailleurs jamais. Ils ont cette relation qui leur est propre et qui n’est en rien entaché ou diminué par l’amour qu’elle porte à Sienna. Il ne sait vraiment pas ce qu’il ferait si elle venait à disparaître huit. La relation entre Sienna et Newton a toujours été fusionnelle. Etre un grand frère, c’est une idée qui avait tout de suite séduit le petit Newt. Il était complètement dévoué à sa tâche. Plusieurs fois, alors qu’elle n’était qu’un bébé, il se levait de son lit pour s’assurer qu’elle ne manque de rien. Et sa sœur le lit rendait bien. Elle aimait dépendre de son frère pour tout et, de nature craintive, elle se cachait toujours derrière lui et il s’était juré de toujours être là pour elle neuf. L’école. La seule raison qui poussait Newton à travailler à l’école, c’était que son père lui répétait sans cesse qu’il fallait qu’il ait le meilleur dossier possible pour intégrer comme lui la prestigieuse école de Cambridge. Mais en toute honnêteté, il avait de la chance d’avoir des facilités car il aurait bien séché les cours pour lire tranquillement pour lire, ou alors pour flirter, son sport préféré dix. Newt a toujours été un grand amoureux d’art : la musique, la peinture, la littérature… Il s’est toujours intéressé à tous ces domaines par plaisir. C’était souvent sa mère qui l’y trainait, difficile de trouver des enfants de son âge qui voulaient faire ce genre de choses. Il a commencé à jouer du piano à l’âge de 6 ans et en joue encore à l’heure actuelle. onze. Newton s’est rendu compte très jeune quel effet il faisait à la gente féminine. Comme tous les enfants, il a eu plusieurs amourettes. A l’adolescence, il a fini par se rendre compte que les femmes non plus n’étaient pas indifférentes à son charme. C’est donc avec l’une d’elle qu’il a perdu sa virginité alors qu’il n’avait que 15 ans. Pour certains, c’est un peu tôt mais il a toujours affirmé qu’il était prêt et que cette femme n’avait pas abusé de lui. douze. A l’adolescence, il a vraiment commencé à repousser ses limites. C’était un drogué de l’adrénaline, il avait toujours besoin d’en faire plus, d’en ressentir plus, de se mettre en danger. Il s’est fait prendre une ou deux fois et sa mère a dû venir le chercher au commissariat. Heureusement que son père n’en a jamais rien su sinon Newton aurait été dans un sale pétrin quatorze. Après le lycée, il a réussi à intégrer Cambridge, comme son père avant lui. Il s’est mis à étudier la finance dans le but de reprendre le flambeau paternel en temps voulu. C’était ce qu’il avait toujours voulu, rendre son père fier. quinze. C’est pendant ses études universitaires que Newt a découvert que son père avait eu une aventure des années auparavant. Inutile de dire qu’il avait très mal pris la chose. S’il n’avait pas pu empêcher sa sœur de l’apprendre, il s’était juré que sa mère n’en saurait jamais rien s’il avait son mot à dire. Sa relation avec son père avait été détruite à partir de ce jour-là. Plus rien n’a jamais été comme avant seize. Malgré tous ses efforts, la relation entre Sienna et leur père s’est aussi détériorée. La jeune fille ne pardonnait pas à son père et elle s’était mise à faire des conneries plus grosses qu’elle, à fréquenter des gens qu’elle n’aurait pas dû. Cela a poussé Dre à user de ses poings plus d’une fois pour éloigner des raclures de sa précieuse petite sœur dix-sept. Après ses études, il a fait des débuts remarqués à la City. Il menait la belle vie, c’était lui l’avenir de la finance, l’avenir de la société. Leur père avait commencé à être de plus en plus malade, ce qui avait fait oublier à Newt ses rancunes mais clairement pas à sa sœur qui continuait à faire de sa vie un enfer dix-huit. L’amour l’avait frappé sans prévenir, un de ces quatre, au détour d’un taxi londonien. Ils s’étaient bousculés, leurs regards s’étaient croisés et la dispute était morte sur vos lèvres. Plutôt, tu avais offert un café, puis un dîner, puis une nuit, pourquoi pas une vie ? dix-neuf. Elle était tellement simple… elle t’avait ouvert les yeux. Cette vie, la City, ce n’était pas fait pour toi. Alors tu as tout plaqué. Puis elle est tombée enceinte très vite, par accident mais peu importe, tu étais tellement heureux. Tu n’avais pas vu le doute dans son regard. Tu n’avais rien vu avant qu’il ne soit trop tard. Aoife était là, parfait petit rayon de soleil… Mais elle ne semblait jamais être vraiment la même, jusqu’à ce que tu vois sa couleur de cheveux changer drastiquement du jour au lendemain. Là, tu avais compris vingt. Elle était partie. Ce matin-là tu avais ouvert la porte mais tu étais tombée sur tu étais tombé sur quelqu’un du « Ministère ». Quel Ministère ? On t’avait expliqué, que ta petite était exceptionnelle, que ton ex avait été partiellement sorcière. Des sorciers ? Mais tu avais lu Harry Potter bien trop assidûment pour ne pas savoir maintenant, tu comprenais enfin que c’était ça la vérité. C’était ta réalité à présent.

votre évolution ces trois dernières années ☞ Ces quatre dernières années ? Une tempête pour toi. Tu n’as pas vu le temps passé : c’est la période où tu as claqué la porte de la City. C’est la période où tu es tombé follement amoureux de cette nana, comme t’as jamais cru que tu pourrais aimer un jour. T’as même jamais su que ton cœur battait vraiment avant ça. Puis tout avait basculé très vite : la grossesse, la naissance d'Aoife et puis la disparition de ta belle, comme ça, sans rien dire. Tu avais été dévasté.

votre avis sur la révélation ☞ La révélation ? Une claque pour toi ! Au début pour toi, Harry Potter c’était qu’une saga carrément sympa. Tu aimais bien lire. Ca serait rester du stade de la fiction si tu n’avais pas eu à te rendre compte que des choses étranges se produisaient avec Aoife : ses excentricités capillaires par exemple, cette capacité qu’elle avait à les faire changer de couleur en un clin d’œil. Pas franchement ce que les enfants normaux peuvent faire, pas vrai ? Alors on t’avait envoyé un type du ministère pour s’assurer que tu pètes pas les plombs, pour t’expliquer que tu allais devoir élever une petite sorcière, que Harry Potter bah en fait c’est pas du pipeau. Ca fait beaucoup de révélations du coup… Mais tu as pris le pli d’embrasser tout ça, tu ne peux pas te permettre d’avoir peur et d’enfermer ta fille.

prénom/pseudo ☞ may (maytherfucker) âge ☞ vingt-cinq printemps localisation ☞ paris connexion ☞ 7/7 comment avez-vous connu le forum ☞ it's mine avatar ☞ nicolas simoes personnage ☞ inventé un dernier mot ? ☞ enjoy  
Revenir en haut Aller en bas
 
(Newton) london calling
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» RPG :: LONDON CALLING
» LONDON CALLING TO THE FARWAY TOWNS
» London calling - So what ?
» London Calling (pv jaime)
» Devenir notre ami ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aparecium  :: Behind the curtain :: Moi le magicien :: Chapitres validés-
Sauter vers: