AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur Aparecium, les crumpets !
Venez jouer qui vous voulez. Sorciers, moldus, loup-garous... Venez comme vous êtes !
Les personnages de la saga sont jouables, rendez-vous ici
Seuls les sang-purs européens sont acceptés et seulement dans la limite des stocks disponibles (par ici)
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 What did you expect ? [Pansy&Sweeny]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

posts : 84 in town since : 04/05/2018

plume à papotte : what did you expect ?
dreams & cie

living in : 84B, St Martin Lane, London, UK
occupation : serveur, aventurier à mes heures perdues
blood : cracmol.


A. Sweeney Moran
Concordia ☞ world in union
 Dim 6 Mai - 22:10

What did you expect ?
Pansy Parkinson & Sweeney Moran

Le calme avant la tempête, le silence avant le concert, le désert avant la ville, étaient autant de métaphores qui auraient pu convenir à cet étrange matin. C’était un matin de mauvais jour, où le monde ne me paraissait plus un endroit aussi heureux et plein d’opportunités que d’habitude ; un matin moqueur, qui vous nargue de son piédestal en vous rappelant que de toute façon, votre situation (quelle qu’elle soit, là est l’embrouille) ne fera jamais qu’empirer. C’était un matin à vivre les dents serrées, le cœur dans le vague et le regard triste. Mélancolique.
Ce genre de débuts de journée, je préfère continuer d’espérer qu’ils resteront à leur place et laisseront un après-midi plus sympathique s’installer. Parfois c’est le cas, et d’autres fois comme aujourd’hui, ça ne fait qu’aller de pire en pire.
Nous sommes en fin de journée et moi, Sweeney, éternel optimiste, vaillant chevalier de la positivité et de l’endurance, portant fièrement les couleurs du bonheur sous n’importe quel temps et température, me voit terrassé par une vague gargantuesque de vilains souvenirs.

Tout a donc commencé ce matin, quand je me suis rendu compte qu’il avait plu et que ma fenêtre était restée ouverte. Certes, j’aime beaucoup la pluie… mais pas dans ma chambre. Je ne vis pas – plus, du moins – dans une mare, bon sang ! Sans parler de ce foutu pigeon qui n’a de cesse de taper à la vitre de la minuscule cuisine et bah devinez quoi ? Cet abruti a décidé que ce serait sa chance pour se nicher au-dessus de mon placard à bouffe. Je le DÉTESTE. Et Merlin sait à quel point j’apprécie les animaux. Mais pas lui. Ce sale petit… voyeur. Reste poli, Moran ! Ta tête n’est pas une benne à insultes.
Bref. J’ai eu beau tout faire pour qu’il dégage, ça n’a pas fonctionné. Un court instant, il m’a un peu fait pensé à moi qui m’accroche à une existence malheureuse; avant que je ne reprenne mes esprits.

Passablement irrité, j’ai enfilé le premier pantalon qui m’est venu sous la main et une chemise blanche, propre. Évidemment, je n’ai pas pensé à prendre une capuche, et je n’ai pas de parapluie. Il ne me restait donc plus qu’à prier pour qu’il ne se remette pas à pleuvoir des cordes comme durant la nuit précédente… Autant dire que c’était TRÈS mal parti.

Sur le chemin, j’ai continué à sonder mon petit cœur, pour voir à quel point il était alourdi par tout ça. J’aurais tendance à dire qu’à ce moment là, ça allait encore. Vraiment, je vous jure ! Je commençais déjà à penser que « Oh, ça va… Tu dramatises, c’est qu’un mauvais départ, c’est largement rattrapable ! ».

Tu parles. Ça n’a fait que dégringoler.
Je vous ai déjà parlé de Bonnet ? Bonnet c’était mon chat (probablement un Niffleur, vu comme il était laid) quand j’étais Irlande et littéralement mon seul ami. Je ne dirais pas que lui me manque, non, mais c’est vrai qu’avoir une compagnie agréable et chaleureuse, ça, ça me manque.
Donc. Je disais : Bonnet. J’ai pensé à lui parce que j’ai croisé une adorable bébête qui lui ressemblait comme deux gouttes d’eau au détour d’une ruelle, juste avant d’entrer dans le Chemin de Traverse. Ça m’a fendu le coeur de le voir tout seul, comme ça, abandonné et tout mouillé. Je me suis dit que, peut-être,  si jamais je le recroisais, je pourrais tenter de m’en occuper (ce qui réglerait sans doute mon affaire de pigeon harceleur).
L’idée m’a trotté dans la tête jusqu’à ce que j’arrive à la Patacitrouille et elle ne me quitte plus vraiment depuis.
Mais comme c’est une journée qui ne vaut même pas la peine d’être vécue, je n’ai pu mettre dans la balance que des points négatifs. Ce qui a complètement finis de m’achever, si vous voulez tout savoir.

Je ne me suis pas laissé démonter devant les clients, jamais, sacrilège !, mais c’est vrai que j’en ai eu gros sur la patate jusqu’à la pause de midi. Et c’est là que le pire est arrivé.
Je finissais de remettre correctement ma chemise – quoique j’ai remarqué par la suite en rentrant que je l’avais boutonnée n’importe comment – quand j’ai du raccrocher mon étiquette. Parce-que oui, on nous demande d’avoir nos noms accrochés comme des employés de magasins de bricolage.
Et, donc, j’ai eu une vague très étrange de… nostalgie. De regret, aussi, si je me sonde bien.
Vous vous en doutez, il y est marqué « Sweeney » dessus.
Je vais vous confier quelque chose : je n’aurais jamais eu à choisir ce prénom à la place d’Allistair si je n’étais pas parti. Et ça, ouais, ça, ça fout les boules.

Tout ceci pourquoi ? Pour justifier ma raideur quand je suis allé prendre la commande d’une charmante (ce que j’ai remarqué après)(je ne suis pas tout à fait une référence la dessus, je trouve tout le monde charmant) demoiselle assise à une table, au fond.
J’affiche alors mon plus beau sourire, celui avec les fossettes et les yeux qui sont tout aussi contents et lui demande poliment : « Je peux prendre votre commande ? »
J’ai un calepin à la main, mais je ne l’utiliserais probablement pas. En général, les gens commandent juste des cafés à cette heure-là.


allistair
“If writers wrote as carelessly as some people talk, then adhasdh asdglaseuyt[bn[ pasdlgkhasdfasdf.”
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

posts : 178 in town since : 30/04/2018

plume à papotte : Vive Aparecium <3

Liens :
++ Draco
Arline
+ Hestia (RP en cours)
+- Timothy (RP en cours)
Hermignone (RP en cours)
Cleo
* Ophélie
Harry (Topic commun)
(A.) Sweeny (RP en cours)
- Aquila

Désolé pour les oublis <3


living in : Londres
occupation : Apprentie au ministère
blood : Sang pur, depuis des générations et pour des générations


Pansy Parkinson
Altiorem Turba ☞ Beware of the muggles
 Dim 6 Mai - 23:19


Pansy & Sweeny

What did you expect ?


Tu entres dans ce bar que tu as pris l'habitude de fréquenter, La Patacitrouille. Tu y as donné rendez-vous à Dimitri dans une heure mais tu préfères venir en avance pour te préparer psychologiquement à la discussion qui va suivre. Pourquoi lui donner rendez-vous dans un lieu publique ? Parce que tu es lâche. Pas lâche au point de le larguer par hibou, mais lâche au point de le faire dans un lieu publique, pour qu'il soit obligé de contrôler ses nerfs et que la chose se fasse calmement.
Tu as un petit pincement au cœur mais ta décision est prise. Lui et toi, toi et lui, ça ne peut pas continuer. Il n'a rien fait de mal mais tu n'as plus de place pour lui dans ta vie, c'est tout. C'est triste. C'est cruel. C'est un fait. Tu n'as jamais été amoureuse de lui, tu n'as jamais voulu l'être. Tu es presque sûre qu'il était amoureux de toi. C'est pourquoi tu ne peux pas lui dire dans son ou ton appartement, ce sera plus facile pour vous deux comme ça.
Et puis, ce lieu, tu y viens souvent, il a presque un petit quelque chose de familier qui te rassure et te donne de la confiance.

Tu vas t’asseoir à une petit table au fond, ce n'est pas nécessaire que trop de personnes soient témoins de votre discussion. Tu relèves tes cheveux en un jolie chignon et tu attends qu'un serveur vienne prendre ta commande.
C'est celui que les autres appellent Sweeny qui s'avance finalement vers toi. Tu te souviens toujours de lui car c'est un cracmol. Une grande partie de toi à juste envie de le mépriser, une petite partie te souffle parfois qu'il est quand même super mignon pour un cracmol.
Il arrive pour prendre ta commande. Les deux premières choses que tu remarques sont sa chemise mal boutonnée et le fait qu'il ne sorte même pas un stylo pour écrire ta commande.
Tu soupires intérieurement, vive le professionnalisme ! Tu es sûre qu'il est persuadé que tu vas commander un simple café.Un sourire en coin se dessine sur ton beau visage. Tu vas pouvoir t'amuser.
«  Alors, je prendrais un chocolat chaud, mais avec du chocolat blanc et noir, donc les deux mélangés, avec une pointe de chantilly sans sucre, mais vraiment une pointe, avec des éclats de chocolat au lait sur le dessus. Et j'aimerais aussi une paille et une cuillère. » dis tu d'une voix malicieuse.
Après un petit silence tu ajoutes avec un grand sourire :
«  Et j'aimerais bien que vous reboutonniez correctement votre chemise »
AVENGEDINCHAINS


Life is a game, try to be the one who makes the rules
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

posts : 84 in town since : 04/05/2018

plume à papotte : what did you expect ?
dreams & cie

living in : 84B, St Martin Lane, London, UK
occupation : serveur, aventurier à mes heures perdues
blood : cracmol.


A. Sweeney Moran
Concordia ☞ world in union
 Lun 7 Mai - 18:11

What did you expect ?
Pansy Parkinson & Sweeney Moran


Waterloo,
Finally facing my
Waterloo




Cela fait un petit moment maintenant que j’ai compris que le destin est un petit filou qui adore vous prendre par surprise. Me prendre par surprise, en l’occurrence.

«  Alors, je prendrais un chocolat chaud, mais avec du chocolat blanc et noir, donc les deux mélangés, avec une pointe de chantilly sans sucre, mais vraiment une pointe, avec des éclats de chocolat au lait sur le dessus. Et j'aimerais aussi une paille et une cuillère. », sourit la créature, sous mes yeux attentifs, un air chaleureux sur le visage. Quand, soudain, le coup de grâce est porté et m’achève :
«  Et j'aimerais bien que vous reboutonniez correctement votre chemise. »

Je devrais savoir qu’il n’y a rien de tel que la destinée (à mon humble et cynique avis, j’aurais déjà dû finir dans un caniveau selon cette dernière entité), mais je dois avouer me complaire dans l’idée que cette fois-ci, ça n’est pas de ma faute si je ne fais pas honneur à la Patacitrouille.
Je me demande… n’y aurait-il pas un peu d’arrogance là-dessous ? Serais-je un employé trop habituellement parfait dans ma petite tête pour qu’une bourde pareille soit de ma faute ?
C’est même carrément mieux de se persuader que cette journée est nulle parce que c’est comme ça, un point c’est tout, alors que…
Alors que tout simplement, j’aurais dû vérifier que ma chemise était correctement boutonnée avant de retourner à mon service, que j’avais sous la main une veste à capuche avant de partir et ne pas faire tout un plat d’un simple chat et d’une étiquette que de toute façon, je vois tous les jours.

Je déteste cette habitude envahissante de voir des souvenirs du passé – parfois agréables mais pas toujours – s’investir dans ma tête sans que je n’ai rien demandé, sans même que je puisse les repousser. À vrai dire, plus je tente de les annihiler, plus ils semblent s’encrer dans mon esprit.
Grâce à Merlin, avec le temps, j’ai finis par m’y habituer.
Sauf aujourd’hui, parce que aujourd’hui, pour une raison que j’ignore, je me suis complètement laisser aller.

L’intervention finale de la douce demoiselle est la douche froide – glaciale même - qui me ramène à la réalité. J’ignorais qu’une telle candeur pouvait être habité par une pareille perfidie… Me voilà rassuré pour la suite, tiens.

Je panique. Définitivement pas à cause de sa commande trop longue (dont je retiens tout de même les informations importantes : chocolat chaud blanc et noir, pointe de chantilly sans sucre, éclats de chocolat au lait, paille, cuillère), mais plutôt sous l’humiliation due à sa remarque sur ma chemise.

Cette situation est-elle plus ou moins honteuse que cette fois où je me suis pris à chantonner du ABBA au milieu d’une bande de sorciers Retentionistes ? « Waterlooooo, could’nt escape if I wanted to... », ce qui est sacrément à propos, autant dans cette situation que dans l’autre.
Et en effet, il n’y a pas moyen de s’échapper. Alors vas-y Sweeney, donne tout ce que t’as. T’es le roi de Positifland, duc de Je-vous-prie-de-m’excuser-City et tu distribues les chocolats gratos à la vitesse de l’éclair. Ça va le faire (mais attachez tout de même vos ceintures, mon petit doigt me dit que ça risque de swinguer…).

J’affiche un air désolé et décide de prendre les choses en main (au risque de me faire taper sur les doigts par la direction) :
« C’est noté, pour le chocolat chaud. Quand à ma chemise… je suis navré par cette inattention de ma part. Je peux peut-être vous offrir une pâtisserie, un chocolat, un café, n’importe quoi pour compenser ? » lui répondit-je, poliment et un sourire contrit aux lèvres.

Je jette un œil à la table, qui comporte deux chaises et tente un mouvement que je sens – sais – risqué, toujours avec l’intention de bien faire :

« Si vous attendez quelqu’un, je peux m’arranger pour que cette personne soit servie avec un petit plus de la maison également ? Si cela vous convient, évidemment. », j’ajoute, sans laisser tomber le masque de serveur à l’écoute et serviable.

Chocolat chaud, blanc et noir, une pointe de chantilly sans sucre, éclats de chocolat au lait, cuillère, paille. N’oublie surtout pas. SURTOUT PAS. J’ai l’irrépressible envie de remettre ma chemise en ordre immédiatement mais, clairement, il n’y aurait rien de pire. Alors Moran, tu vas contrôler tes pulsions de grand stressé et attendre la réponse de la demoiselle. Cal-me-ment.


allistair
“If writers wrote as carelessly as some people talk, then adhasdh asdglaseuyt[bn[ pasdlgkhasdfasdf.”
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

posts : 178 in town since : 30/04/2018

plume à papotte : Vive Aparecium <3

Liens :
++ Draco
Arline
+ Hestia (RP en cours)
+- Timothy (RP en cours)
Hermignone (RP en cours)
Cleo
* Ophélie
Harry (Topic commun)
(A.) Sweeny (RP en cours)
- Aquila

Désolé pour les oublis <3


living in : Londres
occupation : Apprentie au ministère
blood : Sang pur, depuis des générations et pour des générations


Pansy Parkinson
Altiorem Turba ☞ Beware of the muggles
 Mar 8 Mai - 23:55


Pansy & Sweeny

What did you expect ?


Un petit sourire en coin née sur ton visage alors que tu vois le serveur patauger et s'embrouiller de plus en plus. Tu as deux solutions. Ou tu le laisses  partir, acceptant ses propositions, ou tu t'amuses encore un peu, mais gentiment bien évidemment.
Il ne te faut pas longtemps pour décider de l'option que tu vas choisir.
Résumons la situation, il te propose du chocolat, une pâtisserie ou un café gratuit.
«  Ah, parce que vous voulez me faire grossir maintenant ? Vous savez ou plutôt tu sais -tu n'allais quand même pas vouvoyer un cracmol après tout- si je veux m'acheter n'importe laquelle de ces choses j'en ai les moyens. Ou alors peut-être insinues-tu que j'ai l'air d'une fille pauvre c'est ça ? Je ne savais pas que les serveurs de ce bar avaient l'habitude d'insulter les clientes. A moins que ce soit du machisme ? Peut-être penses-tu qu'on peut acheter une femme avec une pâtisserie ? »

Non non tu ne pars pas trop loin, jamais. Tu lui laisses quelques secondes pour digérer toutes ces informations avant de continuer par une idée qui vient de te traverser l'esprit. Tu es tellement impatiente de voir sa réaction.
«  Non, ce que je trouverais juste en revanche ce serait que vous déboutonniez et reboutonniez votre chemise »
Un sourire traverse ton beau visage alors que tu conclues de l'air le plus sérieux possible « Immédiatement »

Mais le serveur n'en a pas fini, il te propose de servir la personne que tu attends avec un petit plus également. Tu réprimes un petit rire froid. Le petit plus, il l'a déjà, la formule c'est café + rupture. A cause du serveur, voilà que tu te mets à ressasser des idées noirs et à craindre les moments à venir. D'une certaine manière, il serait donc juste que ce soit lui qui te change les idées à présent. Et puis, finalement, tu aimes bien le pousser dans ses retranchements ce petit cracmol, il te facilite même le travail en te soufflant des idées.
«  Hum je ne pense pas que ce sera nécessaire à part si tu souhaites t'offrir quelque chose parce que tu as gagné, la personne avec qui je vais partager un café pendant une petite heure, car après quelqu'un d'autre prendra la place, c'est toi. »
AVENGEDINCHAINS


Life is a game, try to be the one who makes the rules
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

posts : 84 in town since : 04/05/2018

plume à papotte : what did you expect ?
dreams & cie

living in : 84B, St Martin Lane, London, UK
occupation : serveur, aventurier à mes heures perdues
blood : cracmol.


A. Sweeney Moran
Concordia ☞ world in union
 Jeu 10 Mai - 0:18

What did you expect ?
Pansy Parkinson & Sweeney Moran

J’hésite. Je suis presque prêt à lui offrir un spa, tant que j’y suis. Je veux dire… à quoi ça me servirait de m’énerver ? Cette dinde, jolie, mais quand même une dinde, est soit incapable de voir que je pourrais lui offrir l’entièreté de la boutique sans concession soit juste en manque de distractions. Je n’ai jamais été face à un tel bou - chocolat chaud, blanc et noir, une pointe de chantilly sans sucre, éclats de chocolat au lait, cuillère, paille – let et je dois avouer être quelque peu désemparé.
Clairement, je n’ai plus qu’à attendre qu’elle ai pitié de moi. Ce qui n’a pas l’air prêt d’arriver…

«  Ah, parce que vous voulez me faire grossir maintenant ? Vous savez ou plutôt TU sais, si je veux m'acheter n'importe laquelle de ces choses j'en ai les moyens. Ou alors peut-être insinues-tu que j'ai l'air d'une fille pauvre c'est ça ? Je ne savais pas que les serveurs de ce bar avaient l'habitude d'insulter les clientes. A moins que ce soit du machisme ? Peut-être penses-tu qu'on peut acheter une femme avec une pâtisserie ? »  s’écrie l’insupportable cliente tandis que je garde un sang-froid admirable (mais au fond, le changement de pronom me blesse. Ça n’est pas la première fois que ça arrive mais c’est toujours aussi méprisant.).

J’en prend pour mon grade. À 100 %. Je me fais publiquement humilier mais réagir violemment ne m’attirera la sympathie de personne alors je me comporte comme je devrais le faire : poli. J’ai beau être un cracmol, ça n’est pas noté sur mon front et elle se ridiculise également – en tout cas, je sais qu’il existe des personnes comme moi qui détestent ceux qui font des scènes.

Avec un sourire en coin, vaguement amusé (oh, Merlin, pourquoi?) je lui répond : « En réalité, nous offrons ce genre de privilèges à tous les clients réguliers ou insatisfaits. C’est une manière pour nous de montrer notre engagement vis à vis du public. ». Tout en sachant que ça part d’une mauvaise idée (pourtant l’intention est toujours bonne), je m’apprête à ajouter quelque chose, mais là, l’impensable, l’impossible, l’irrationnel, le désarroi, l’horreur, la catastrophe surgirent tous au même moment…

«  Non, ce que je trouverais juste en revanche ce serait que vous déboutonniez et reboutonniez votre chemise. Immédiatement. », et c’est bel et bien un sourire sadique qu’elle arbore. Vraiment ? Pour de bon ? Je suis tombé sur quel genre de personnage là ? Elle pense qu’on est dans un strip-club ? Pitié, dîtes moi qu’un manager a entendu ça ! QUELQU’UN ! N’IMPORTE QUI ! UN RAT, UN GOBELIN, VOUS-SAVEZ-QUI, MORGANE ELLE-MÊME ! OH SEIGNEUR !
Désemparé, (qui ne le serait pas…?) je regarde autour de moi tandis que « SOS » semble s’écrire en lettres rouges sur mon front. Je suis seul. Terriblement seul.

Si je refusais ? Comment ça « si » ? Évidemment que tu vas refuser Sweeney ! T’es pas un foutu chippendale, t’es serveur ! T’es payé pour lui apporté son fichu chocolat chaud, pas une paire de menottes et un fouet ! Au secours !
Je pourrais fuir. Hurler à l’agression (quoique, certains applaudirait sûrement la demoiselle)… Mais à quoi bon ? Perdre mon job ? Finir à la rue ? Abandonner Bonnet n.2 ?

C’est à croire que mon enfance se repasse sous mes yeux. Comme quand, par exemple, les diablotins me piégeaient dans les herbes hautes pour me voler mon pantalon. Sympa de marcher deux kilomètres en caleçon et sous la pluie… Et bien, c’est à peu près la même sensation.

Je ne sais que dire, d’ailleurs je me tais. Je reste statufié, une expression figée sur le visage. De toute façon, Satan enchaîne :

«  Hum je ne pense pas que ce sera nécessaire à part si tu souhaites t'offrir quelque chose parce que tu as gagné, la personne avec qui je vais partager un café pendant une petite heure, car après quelqu'un d'autre prendra la place, c'est toi. »
Pendant. Une. Petite. Heure.
Encore une fois, je scrute la salle du regard à la recherche d’une aide quelconque mais j’ai bien peur que l’on soit isolés du monde. Alors voilà… Oui. Je perd un peu mes moyens, je bégaie, je deviens tout blanc (ou tout rouge, je n’en ai aucune idée) : « Je...J’… Travail… Je tra-travaille l-là. Je peux pas. »
Mon ton devient plus ferme, tandis que je tente coûte que coûte de recouvrer mes esprits. Je toussote (il paraît que ça donne une certaine contenance et tout est bon pour ne pas se retrouver dans un état de choc post-traumatique) : « Je me dois de refuser. Quant à la chemise, je m’en vais de ce pas la modifier. Dans les vestiaires. ». Mon sourire est tout ce qu’il y a de plus gêné, mais déjà, je n’ai plus l’air de venir d’une autre planète. Deuxième chose, je n’oublie pas une qualité que j’apprécie beaucoup chez moi : je suis têtu. Et j’ai du mal à croire que c’est une sorcière de pacotille qui va m’obliger à me désaper devant elle. « D’ailleurs, j’en profiterais pour passer votre commande, ce qui vous donnera le temps de changer d’avis par rapport à mon offre. »
Oui. Excellente tactique, faire comme si de rien n’était.

Je m’apprête à me retirer mais je me doute que ce ne serait que sujet à une nouvelle réprimande, alors je me contente de faire un pas en arrière, attendant un signal, un ‘’Vous pouvez disposer’’.


allistair
“If writers wrote as carelessly as some people talk, then adhasdh asdglaseuyt[bn[ pasdlgkhasdfasdf.”
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

posts : 178 in town since : 30/04/2018

plume à papotte : Vive Aparecium <3

Liens :
++ Draco
Arline
+ Hestia (RP en cours)
+- Timothy (RP en cours)
Hermignone (RP en cours)
Cleo
* Ophélie
Harry (Topic commun)
(A.) Sweeny (RP en cours)
- Aquila

Désolé pour les oublis <3


living in : Londres
occupation : Apprentie au ministère
blood : Sang pur, depuis des générations et pour des générations


Pansy Parkinson
Altiorem Turba ☞ Beware of the muggles
 Sam 12 Mai - 23:31


Pansy & Sweeny

What did you expect ?


Tu retiens un petit rire en voyant le serveur tourner rouge pivoine. Il doit te prendre pour une vraie garce mais tu t'en fiches, ce n'est qu'un cracmol après tout.
Après quelques minutes de réflexions qui ont du sembler très longues à ton interlocuteur, tu décides que tu ne pourras rien en tirer de plus sans lui laisser un moment de répit.
« Va donc et réfléchis à mon offre également ! Essaie aussi de passer un peu d'eau sur ton visage tu es tout rouge. Je sais que tu ne dois pas souvent avoir l'occasion de parler à des filles aussi jolies que moi mais essaie de t'en remettre » finis-tu avec un clin d’œil que tu veux un peu provocateur.

A peine as-tu prononcé ces quelques mots que tu te désintéresses totalement du serveur. Tu jettes un coup d’œil à l'horloge, encore 51 minutes et 34 secondes. Tu attaches tes cheveux en un chignon décoiffée et sors ton petit miroir pour te mettre un peu de rouge sur les lèvres. Tu es venue ici directement après la fin de ta journée de travail et tu sens que la fatigue commence à te submerger. Il y a des jours où tu aimes être une garce et te comporter comme tel, aujourd'hui ce n'est pas le cas. Si ton jeu avec ton serveur t''amuse, tu redoutes l'arrivée de Dimitri. En fait, tu espères secrètement qu'il sera retenu au travail ou qu'il ne pourra pas venir pour n'importe quelle autre raison. *Ça suffit * penses-tu. Il faut assumer tes choix, ce n'est même pas la peine de chercher à te défiler.
Maintenant il ne te reste qu'à attendre le retour du serveur, que tu puisses enfin boire une gorgée de chocolat chaud.

AVENGEDINCHAINS


Life is a game, try to be the one who makes the rules
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

posts : 84 in town since : 04/05/2018

plume à papotte : what did you expect ?
dreams & cie

living in : 84B, St Martin Lane, London, UK
occupation : serveur, aventurier à mes heures perdues
blood : cracmol.


A. Sweeney Moran
Concordia ☞ world in union
 Dim 13 Mai - 1:32

What did you expect ?
Pansy Parkinson & Sweeney Moran

« Va donc et réfléchis à mon offre également ! Essaie aussi de passer un peu d'eau sur ton visage tu es tout rouge. Je sais que tu ne dois pas souvent avoir l'occasion de parler à des filles aussi jolies que moi mais essaie de t'en remettre », achève-t-elle, avec un clin d’œil qui me donne – à nouveau - l’ envie de lui sourire. Ce que je fais.

Sa remarque finale – le boss du niveau – finis de me tuer intérieurement. Je ne sais pas si c’est l’humiliation, la honte, le malaise… peut-être un mélange des trois ?, mais, en effet, je suis écarlate.
Du style rouge tomate, ce qui n’est pas commun pour un être humain.
Quoi qu’il en soit, je suis son conseil avisé et m’enfuis illico-presto dans l’arrière-salle, là où, je le sais, on me lancera des regards courroucés.

J’arrive en cuisine, essoufflé (bien que je n’ai parcouru que dix mètres) et en sueur. Ceci était officiellement mon enfer personnel.
Par la petite fenêtre qui cache les cuisines, je jette un coup d’œil dans la direction de la belle brune.
Pensive. Bizarre. Mode combat : off.

Je me détend enfin, donne la liste de recommandation (« Un chocolat chaud, avec du choco’ blanc et noir, une pointe de chantilly sans sucre, des éclats de chocolat au lait, cuillère, paille, s’il te plaît. », je liste à la personne chargée des boissons) et vais me mettre dans un coin des petits vestiaires (pourtant déjà occupés par deux serveuses).

Je baisse les yeux sur mon torse et remet de l’ordre dans cette pagaille, mais tandis que j’enlève et remet ma chemise, je peux entendre la conversation de mes collègues et… Eh bien, c’est inattendu.

« T’as vu la fille assise au bout là-bas, dans le coin à l’écart? » « Ouep. J’aime bien ses… chaussures. Ou plutôt l’entièreté de sa tenue honnêtement. » (rire) « Mouais. Bah c’est Pansy Parkinson. Je suis de son année, je la déteste. Juste une autre fille à papa et maman, stupide et méchante. » « Mais tu la connais ? » « De Poudlard seulement, de vue du moins. Elle a fait les pires crasses du monde à certains de mes amis. » « Ah. J’suis contente de pas être sa serveuse alors. ». Sans un mot de plus, la paire de commères s’échappent pour retourner travailler.
Moi, je pense bien que c’est de ma cliente dont on parle de la sorte pour la bonne et simple raison que « le coin à l’écart » est le seul « coin à l’écart » de La Patacitrouille… et que de toute façon, cette description lui sied relativement bien, d’apparence.

Or, le contraste entre les apparences et la réalité, je connais bien. Je déteste qu’on y fasse pas gaffe, d’ailleurs.
Alors que toutes ces nouvelles informations auraient dû me dégoûter en plus de devoir la servir, je m’imagine un lien imaginaire de paria avec la dite Parkinson et fait un choix radical. Stupide, mais juste et gentil.

Je sors requinqué de mon rhabillage, attrape la bête de chocolat chaud posé sur une assiette avec équilibre et technique et m’avance vers la table à présent différente à mes yeux. Mon pas est précis, souple mais déterminé. Plus pour me convaincre moi-même que qui que ce soit d’autre.
« Hum... », j’entame, mais décide de faire passer la commande en priorité. « Voilà ce que vous avez  demandé Mademoiselle, précisément. Chocolats blancs et noirs, chantilly sans sucre, une pointe bien sûr, éclats de chocolat au lait et... » comme un magicien, je sors de mon dos une paille et une cuillère. « … c’est tout. J’ai fait en sorte que ce soit complet. »

Je laisse un ange passer, plusieurs longues secondes, à me dandiner sur place et rajoute, les mains dans les poches : « J’ai l’après-midi de libre si votre proposition tiens toujours. Je termine mon service dans une demi-heure. »

Alors. Pourquoi avoir fait ce choix qui semble être une balle tirée dans le pied ?

Il faut croire qu’une fille qui me fait chier, c’est peu commun. Une jolie fille qui me fait chier plus de deux minutes, c’est rare. Un être humain qui entretiens une conversation entière avec moi c’est… improbable. J’aurais peut-être même tendance à dire impossible.


allistair
“If writers wrote as carelessly as some people talk, then adhasdh asdglaseuyt[bn[ pasdlgkhasdfasdf.”
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

posts : 178 in town since : 30/04/2018

plume à papotte : Vive Aparecium <3

Liens :
++ Draco
Arline
+ Hestia (RP en cours)
+- Timothy (RP en cours)
Hermignone (RP en cours)
Cleo
* Ophélie
Harry (Topic commun)
(A.) Sweeny (RP en cours)
- Aquila

Désolé pour les oublis <3


living in : Londres
occupation : Apprentie au ministère
blood : Sang pur, depuis des générations et pour des générations


Pansy Parkinson
Altiorem Turba ☞ Beware of the muggles
 Ven 18 Mai - 23:25


Pansy & Sweeny

What did you expect ?


Tu as l'impression que seules quelques secondes sont passées que le serveur revient déjà, d'un air plus assuré et la chemise reboutonnée. Comme quoi le temps passe vite quand on n'est pas en mauvaise compagnie.
Il te tend ta commande d'un air satisfait. Tu ne prend même pas la peine de vérifier, après tout tu n'as demandé quelque chose d'aussi compliqué que pour l'embêter. A la place, tu joues distraitement avec une mèche de tes cheveux. Tu finis par lever les yeux vers le serveur qui te fixe avec un sourire et un air très satisfait, tu ne sais pas trop ce qu'il attend, quoique...
« Merci, je suppose » finis-tu par déclarer.

Tu jettes un coup d’œil à l'heure, plus que 35 minutes. Tu te tournes vers ton interlocuteur, prête pour une petite blague sarcastique, quand celui-ci prend la parole.
« J’ai l’après-midi de libre si votre proposition tiens toujours. Je termine mon service dans une demi-heure. »
C'est plus fort que toi, tu ne peux pas retenir un rire, mais pas un rire moqueur, un vrai fou-rire franc. Ça a beau être un cracmol, il n'y a rien à dire, ce serveur est vraiment trop mignon. Son petit air gêné au moment de faire sa proposition, la façon dont il avait pris au premier degré ton invitation. Ça faisait longtemps que tu n'avais pas ri comme ça.

Le pire, c'est que tu n'as même pas envie d'être cassante ou méchante dans ta réponse. Paradoxalement, le blondinet a gagné ton respect en ayant le courage de te proposer cette sorte de rendez-vous. Cependant, tu ne peux pas y aller. Pour deux raisons évidentes.
1- C'est un cracmol, et on ne peut te voir en compagnie d'un cracmol
2- Tu as déjà d'autres plans de prévu dans une demi-heure, des plans pas forcément agréables.
C'est cette deuxième raison que tu choisis de mettre en avant.
« Je suis désolée, j'aime faire plaisir à mes fans en général mais j'ai d'autres plans pour la suite de cette après-midi »

AVENGEDINCHAINS


Life is a game, try to be the one who makes the rules
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

posts : 84 in town since : 04/05/2018

plume à papotte : what did you expect ?
dreams & cie

living in : 84B, St Martin Lane, London, UK
occupation : serveur, aventurier à mes heures perdues
blood : cracmol.


A. Sweeney Moran
Concordia ☞ world in union
 Sam 26 Mai - 10:39

What did you expect ?
Pansy Parkinson & Sweeney Moran

« Merci, je suppose » se décide-t-elle à me dire.
Parfait, je n’en attendais pas spécialement plus, surtout après le cirque du quart d’heure précédent. Je suis de toute façon bien trop docile pour en demander plus ou même reprocher quoi que ce soit à la demoiselle. Ce serait, de toute évidence, contre-productif. Comme quoi, il me faut de moins en moins de temps pour tâter le terrain et savoir si oui non il y a un quelconque risque, notamment avec les autres êtres humains. Je me trompe peut-être mais... cela ne m’annonce-t-il pas de belles années de survie… ?
Cette habitude de méfiance constante, je l’avais gardée de ces années à fréquenter des gens, avec l’espoir que l’on devienne plus que des connaissances et toujours finir de la même manière : oublié. Il m’a fallut un moment pour y réfléchir assez au point de comprendre pourquoi, puis finalement la réponse s’était imposée à moi : on ne fait pas attention à ma présence. J’avais appris à me fondre dans la masse, pratiquement directement dans les murs, pour annihiler ma personne. Aux yeux des autres, comme aux miens.
Certaines fois, la douleur prenait le pas sur le monde réel et je n’étais plus qu’un fantôme, subissant, encaissant, souriant quoi qu’il arrive. Et surtout, sûrement le pire, toujours volontaire pour en reprendre. Jamais négatif. Stupide.

Raison évidente pour laquelle je ne comprends pas son rire et reste bêtement debout, une expression muette et d’incompréhension suprême sur le visage.
Pourquoi qu’elle se marre celle la ?
Ça annonce quoi de bon, qu’elle se foute de ma gueule ?
J’en prend ombrage ou pas ? Est-ce que son joli visage en vaut vraiment la peine ?
C’est vrai qu’elle est super jolie. Et son rire est… intéressant. Je ne dirais pas mélodieux, pas du style clochette qui tinte et fait vaciller votre cœur comme dans les romances, mais juste… particulier. Agréable en tout cas. Même s’il est censé être moqueur, à coup sûr.
Tant de questions qui me traversent l’esprit et autant qui me perturbent, me laissant avec une moue dubitative.
« Je suis désolée, j'aime faire plaisir à mes fans en général mais j'ai d'autres plans pour la suite de cet après-midi » m’assène-t-elle, et j’hésite à la croire. Cela répondrait évidemment à mes interrogations, mais pas toutes. Me trouve-t-elle ridicule ? Je me serais encore fait trop de films, c’est ça ?

« Ah. »
je lâche, un peu déçu, incapable de le cacher complètement. Je ne dis pas que cela aurait été un moment agréable à passer, mais j’avais enfin trouvé le courage de faire quelque chose d’osé. Voilà qu’elle me retirait ce plaisir, la dinde !
Relativement contrarié, je prend sur moi et esquisse un sourire amusé, pour reprendre de plus belle : « Pas de soucis. N’hésitez pas à me faire savoir si vous avez besoin d’autre chose, entre temps. Je serais ravi de m’en occuper. » Et j’appuie sur « ravi », parce que je ne le suis pas vraiment et que c’est le brin de sarcasme qui m’échappe. Que je risque de payer cher. Provoquer une cliente, c'est probablement la pire chose que j'aurais pu faire...


allistair
“If writers wrote as carelessly as some people talk, then adhasdh asdglaseuyt[bn[ pasdlgkhasdfasdf.”
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé
 

Revenir en haut Aller en bas
 
What did you expect ? [Pansy&Sweeny]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 02. Didn't expect to meet you there...
» Présentation de Pansy Parkinson
» Pansy Parkinson
» Pansy Parkinson in the place!
» Jade Bennson - Hey ! What did you expect ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aparecium  :: Lift the veil :: Londres :: Chemin de Traverse-
Sauter vers: